« Nous ne voulons pas déranger… » « Mais vous êtes les bienvenus », répète Nacer Saadia, recteur de la mosquée de Givors, à ce couple venu de Ternay.Comme Jean et Michelle Convert, quelques personnes ont répondu, hier, à l’invitation lancée par le Conseil français du culte musulman (CFCM) afin de « créer un espace d’échange et de convivialité avec nos compatriotes non musulmans ».L’appel du CFCM visait, ainsi, à célébrer « l’esprit du 11 janvier », celui des marches citoyennes ayant suivi les attentats, et « mettre en avant les vraies valeurs de l’islam ».Hier, il fallait donc se rendre à Givors, après avoir trouvé porte close ailleurs, pour être chaleureusement accueilli au sein de la mosquée Khaled Ibn El Walid, et entendre les paroles de tolérance délivrées par Abdelmoughit El Alami. Cet enseignant qui suit une formation à la laïcité – assurée conjointement par le CRCM, l’Université catholique de Lyon et Lyon 2 -, n’avait pas été sollicité par hasard.« Il est vraiment bon, n’est-ce pas ? », commentait Nacer Saadia. Et le recteur d’expliquer « l’avoir choisi pour enseigner à nos jeunes. C’est une façon de nous prémunir et de prévenir des dérives. Ils entendent ainsi autre chose que ce qu’ils trouvent sur internet. »« Malheureusement, votre discours, on ne l’entend pas », a réagi un visiteur conquis par les échanges avec l’enseignant. Même réaction de la part du retraité Jean Convert venu avec le besoin « de comprendre comment on en est arrivé là : à reparler de guerres de religion ».Reste que l’enjeu de l’opération portes ouvertes, reposait sur l’adhésion rencontrée du côté des responsables de mosquée, comme du côté des visiteurs. Or, si ces derniers n’étaient pas très nombreux, les responsables de mosquées n’ont pas tous répondu à l’appel. Y compris parmi ceux qui avaient été les premiers à lancer l’idée d’un thé de la fraternité, l’an dernier, après les attaques terroristes survenues en janvier à Paris. La mosquée othmane de Villeurbanne, fermée hier, en faisait partie.Rivalités ? Désaccords sur le fond ? Sur la forme ? Pour Kamel Kabtane, recteur de la grande mosquée de Lyon, « si on organise des portes-ouvertes, c’est qu’on véhicule l’idée qu’elles sont fermées… ».Dominique MenvielleL’opération portes ouvertes a lieu ce dimanche dans les mosquées de Lyon 9e, 509, avenue de la Sauvegarde, de 10 à 12 heures, de Meyzieu, 131 rue de la République, de 13 à 17 heures et de Givors, rue Honoré Pététin, de 10 heures à midi et de 13 h 30 à 17 heures.